Retour

À vous la parole (29 commentaires)

« Seigneur, en cette traversée du désert de nos frères Ukrainiens, nous nous tournons vers Toi pour t'implorer! Que ton amour incassable de Père les accompagne dans leurs détresses ! Envoie ton Esprit sur nous, sur nos chefs d'Etat, que tous nous puisions l'eau vive qui inspire les gestes de partage et de fraternité pour nous mettre au service de tous ces hommes, ces femmes et ces enfants pris au piège de la guerre! Seigneur, nous t'en prions! »

Répondre

brigitte - 07 mars 2022 - 18:21

« L’évangile de ce Dimanche (saint Luc 4,1-13) dit bien : « Dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où il fut tenté ».
Et cela se situe juste après son baptême : « pendant quarante jours, il fut tenté par le Diable ».
Voilà. Jésus est seul dans le désert, non pour y être abandonné mais pour y être tenté.
Car c’est dans la fournaise et la solitude que « l’or de votre foi sera vérifié » (saint Pierre 1,7).
Saint Pierre s’adresse ainsi aux disciples pour mettre à l’épreuve leur foi, les qualifiant à l’honneur, la louange et la gloire quand Jésus-Christ sera révélé.
Est-ce que la Foi est un don, demandant à être confirmé par l’emploi que l’on en fait ?
Alors Jésus, qui devance toutes les épreuves humaines, aurait-il choisi de lui-même de subir cette « nuit de la Foi », ce moment terrifiant de combat contre soi-même ?
Mes questions ne sont pas loin de la présomption, mais ce ne sont que des questions.
Les limites de la résistance physique tournent autour de quarante jours, celles du combat spirituel, je ne les connais pas. Mais le Mauvais semble avoir tout essayé, en vain.
La Providence paternelle a dû manquer à Jésus pendant quarante jours et surtout au dernier de ces jours, quand le Diable, voyant une proie affaiblie, a essayé de le corrompre.
Oui comme vous dites, il a su « faire face » : une devise de l’aviateur Georges Guynemer (mort au combat le 11 septembre 1917), reprise par l’Armée de l’air française.
»

Répondre

Vincent59 - 06 mars 2022 - 23:31

« Merci merci.
»

Antônio Bernardo Nóbrega Freitas - 07 mars 2022 - 22:40

« ah oui! ce sont des questions que l'on se pose parfois... j'ai bien aimé votre méditation où je me suis retrouvée et qui a la fin me donne plein d'espérance. En fait, je ne suis jamais seule même si je ne sens rien, avec l'espérance, je sais qu'il est là... merci. Fraternellement en Christ. »

Répondre

claudemarie - 06 mars 2022 - 22:45

« Moi je rends grâce au seigneur de me permettre ce matin d'écouter une très bonne liturgie à la messe concernant la tentation du Christ mais ce qui m'a plus le Christ à demeurer dans la foi entant que catéchuménat je demande au seigneur de me garder dans la foi 🙋‍♀️🛐🎚🙏🙏 »

Répondre

AYA AUGUSTINE KOUADIO - 06 mars 2022 - 21:28

« "Et le facile et la pente est de désespérer et c'est la grande tentation". C'est la grande tentation de se croire abandonné, puni peut-être alors que l'on aspirait à une vie tournée vers une fraternité partagée. Désilusions, amertume et rejet de ce en quoi on croyait ou de Celui en qui on avait cru. C'est un désert où souffle le mauvais esprit poussant à tout renier. Dieu a livré son Fils à l'humanité et Jésus a vécu ses propres déserts en étant renié ; en restant seul alors qu'il avait besoin d'être acompagné. Dieu ne s'exprime pas mais envoie Son aide dans la traversée du désert par une lecture, une rencontre, un geste inattendu. Peu de chose mais suffisante pour lutter contre le désespoir et entrevoir la possibilité d'échapper à ce que l'on croit mort. »

Répondre

mahona - 06 mars 2022 - 18:59

« Merci Amen l'espoir est un signe d'espérance »

Répondre

Armand - 06 mars 2022 - 18:18

« Merci
Ce message est simple et vivifiant »

Répondre

nicole Gausseron - 06 mars 2022 - 17:27

« Ce matin à la messe le prêtre, nous a parlé des différents déserts que nous pouvons traverser. Il a parlé du désert entre parents et enfants des tentations du diable qui nous donne envie d'abandonner. Cela m'a mis les larmes aux yeux, j'ai repense aux moments où poussée à bout par maman devenue incontrôlable par sa maladie d'alzeimer, j'ai eu des moments de faiblesse , où je l"ai laissé tombée quelques fois. J 'en souffre encore, plus de trois mois après son décès, je l'ai abandonné dans son monde perdu. Malgré ma présence à ses côtés les six dernières semaines et surtout les 26 dernières heures sans arrêt, je m'en voudrais jusqu'à mon dernier jour de ne pas pu être
à la hauteur de ce qu'on attendait de moi. Maintenant je traverse le désert du manque de sa présence physique car dans mes pensées elle est toujours là.
Merci pour vos commentaires et courages à tous ceux et celles qui souffrent dans leur corps et dans leur cœur.. Je vous embrasse et prie pour vous.
Blandine »

Répondre

Blandine - 06 mars 2022 - 14:35

« Ne vous culpabiliser pas, nous ne sommes pas des robots, notre corps est fait de chair et de sang. Il n'est pas facile d'accompagner nos aînés. Votre maman doit être triste aujourd'hui de voir que vous ne trouvez pas la paix. Elle n'a aucune colère contre vous, elle vous aime et vous pardonne sans aucun doute vos moments de faiblesses et d'impuissance face à une maladie si difficile à gérer.
Jésus sur la choix a dit: mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné ? Dans sa grande souffrance il a eu un moment de doute. Dieu lui savait que Jésus l'aimait, malgré ses paroles. Une mère ou un père savent reconnaître l'amour d'un enfant.
Priez et vous trouverez la paix.
La prière est un immense réconfort et un grand bonheur. »

Celine - 06 mars 2022 - 15:55

« Bonjour Blandine, merci de votre témoignage. Je me suis occupée de papa qui avait Alzheimer. Je faisais confiance à l'établissement où il était tout près de chez moi. Je me suis aperçue qu’il n’avait pas été toujours bien traité, même maltraité, mais trop tard. Je croyais qu’il était bien. Vingt ans après j’en pleure encore. J’ai essayé de penser qu’il avait porté sa Croix. Mais sans pouvoir me consoler. Jusqu’au jour où le Seigneur m’a fait comprendre que c’était aussi ma Croix. Il m’a consolée. Cela va bien maintenant car nous avons été réunis tous les deux sur la Croix. Je pleure moins et même je suis presque contente. Vous écrire et partager arrêtera sans doute définitivement mes larmes. Merci à vous, aux Dominicains, et à notre Seigneur qui sait consoler de bien des façons, parfois inattendues... »

Anne - 06 mars 2022 - 18:49

« Qui donc est Dieu pour que nous puissions dire de lui : "Il s'est fait voir en l'homme Jésus ?". (Louis-Marie Chauvet - Dieu, un détour inutile ? Entretiens) »

Répondre

Jacques - 06 mars 2022 - 12:10

« Chaque année depuis maintenant plus de 40 ans, j’ai choisi un thème de méditation et j’essaye chaque jour d’écrire sur cette base. Cela peut être une prière, des textes du nouveau testament, il m’est arrivé d’écrire des pièces de théâtre, cette année j’ai choisi le livre de l’ecclésiaste »

Répondre

Pierre - 06 mars 2022 - 10:30

« Notre fille vie son entrée au désert cancer du sein le désert d'être éloignée de ses élèves qui passent le bac .....mais le désert s'ouvre sur le personnel médical si dévoué , de l'amour sans faille de ses filles , de sa famille , de ses amis ... Prions pour qu'elle trouve le père dans ses moments de solitude. Merci pour vos méditations vos prière qui m'aide beaucoup . Je relis Varillon le Chapitre la souffrance de Jésus ne pas séparer la souffrance du monde de la souffrance de Jésus il fait référence à un poème écrit par un russe en1975 ,..........
Sur le chemin de la vie , nous avançons avec des peines, des deuils, des difficultés lourdes à porter . Confions les à Dieu
Christy »

Répondre

Christy - 06 mars 2022 - 8:46

« Chère Christy, vous pouvez compter sur ma prière pour votre fille en ce dimanche. Que la grâce de Dieu la soutienne. fr. David »

frère David Perrin - 06 mars 2022 - 10:23

« On traverse tous des déserts. Mais c'est là que nous trouvons le Père, dans ce vide, cette aridité. C'est là que nous retrouvons la partie la plus iintime de nous même. c'est là que souvons nous posons cette question : Père qu'attends tu de moi ?
»

Répondre

Evelyne - 06 mars 2022 - 7:42

« Je n'apprécie pas le ton dur de vos paroles, Frère.
Je crois que le Père a dû conduire Jésus au désert pour qu'Il soit avec Lui dans une grande intimité, pour se révéler à Lui et le fortifier dans l'Amour.
Actuellement la vie offre le désert, Dieu Père, Fils et Esprit est la au coeur de nos vies, au coeur de notre coeur. Et il nous appelle à aimer! »

Répondre

Catherine - 06 mars 2022 - 7:33

« Chère Catherine, le temps que notre Seigneur Jésus Christ a passé au désert était bien dur. Comme le sont nos propres temps de désert... Il me semblait important de le dire. Comme il me semblait important de dire, et je suis tout à fait d'accord avec vous, que Dieu le Père, à aucun moment (et malgré les apparences) ne nous laisse seuls. Que le Seigneur vous bénisse. »

frère David Perrin - 06 mars 2022 - 10:30

« Tu es au abonné absent courage comment peut on tuer son père son frère sa soeur sa mère
Comment peut on emprisonner celui ou celle qui crie sa demande de paix oh seigneur tu veux nous faire découvrir un avenir à tes côtés actuellement c’est incompréhensible »

Répondre

Patnic - 06 mars 2022 - 7:03

« Oui cela est incompréhensible mais DIeu est présent dans toutes ces personnes dans le monde qui accourent pour aider leurs frères Dieu donne la force à chacun d entre nous aux uns la force de se battre aux autres la puissance de l amour pour aider et soutenir ses frères oui dans cette horreur Dieu est là à côté de chacun il n abandonné pas ses enfants »

MIchele Depeux - 06 mars 2022 - 15:05

« ... et peut-être notre désert le plus terrible est-il celui que nous ne connaissons pas ; que nous ne voulons pas connaître en vérité ! Donne, Seigneur, à chacun de nous et en particulier aux catéchumènes, la grâce d'une pleine et authentique réconciliation !

Philippe »

Répondre

philippe - 06 mars 2022 - 6:56

«
La Prière du Père Besnard « Jésus, je sais que je peux compter sur Toi » :

« Du fond de l'abîme, le mien et celui de tous les hommes mes frères, je crie vers Toi, Seigneur, Père ! Misère je suis, Miséricorde est ton nom : dans l'attente de Toi, ma douleur et ma joie, aide-moi à reconnaître Tes passages, ouvre en moi une capacité d'écoute : Miséricorde est ton nom ! Tout mon désir est devant Toi, pour Toi mon soupir n'est point caché, guéris mon regard, ouvre mes oreilles, rends la parole à mes lèvres muettes : Miséricorde est ton nom ! Je sens toute ma pauvreté, Tu connais ma misère et pourtant Tu m'appelles. Ta fidélité est ma source, en elle est ma force et ma joie, Miséricorde est ton nom ! Conduis-moi sur le chemin de l'abandon et moi, sans relâche espérant, Jésus, je sais que je peux compter sur Toi. Viens me prendre par la main pour me guider vers Toi. Notre Père, que ton règne vienne : Miséricorde est ton nom ! Amen. »

Père Albert-Marie Besnard (1926-1978) »

Répondre

Partage - 06 mars 2022 - 6:52

« Ce matin je devais aller à la messe dans une église du Corbusier. Mais comme on le sait je suis malade. Cette église est belle et les liturgies différentes. Certaines personnes n'y vont pas. Personnellement je crois qu'il faut voir de tout le seigneur est de partout. Belle église où l'architecture est du béton. Entre béton et lumière. Constellation d'Orion sur le mur derrière l'autel. Pas de vitraux. Toute la lumière vient de l'extérieur quand le soleil est là. Filets en vagues sur les murs. C'est beau et nous porte à prier autrement. Le vide c'est comme le silence. On y voit tout on y entend tout. Mon état de santé faisant qu'il faut rester à la maison que vais je faire. Et bien prier avec l'équipe liturgique et les fidèles. De loin mais avec le cœur ❤. Pourquoi seigneur m'a tu laissé dans la souffrance. A ne plus croire en rien ses dernières semaines. A pleurer. A rejeter les autres et moi-même ? Alors je me suis rappelé cette prière et cette image d'Ademar de Barros. LES PAS SUR LE SABLE. L'image aussi et je l'ai mis dans ma chambre sous verre. Pour me rappeler que jamais notre père oublie ses enfants.
Gardez courage si vous avez peur ! »

Répondre

CHRISTINE B - 06 mars 2022 - 6:39

« Gardez courage si vous souffrez !
Lisez cette prière et regardez l'image. Elle vous donnera soif de vie et d'Amour de notre père
Bon dimanche à toutes et tous. Merci aux frères dominicains de nous apporter chaque jour une méditation de lumière »

CHRISTINE B - 06 mars 2022 - 6:42

« Merci Christine de tout cœur
Je traverse le même combat .
Votre témoignage me rejoint et me touche .
Dieu est là, dans ce désert où Jésus lui-même a été tenté.
Merci je prends conscience de notre marche , ensemble dans , et par la prière.
Belle journée et bon courage.
😇🙏
»

Nicole B - 06 mars 2022 - 7:32

« Courage Christine, Patience et Oui Dieu vous accompagne. J’ai suivi pendant mes différents soucis de santé, la messe à la télévision le dimanche matin, et j’avais la chance qu’un ami m’apporte la communion. Peut-être pouvez-vous trouver quelqu’un dans votre paroisse qui puisse vous rendre ce service ? Je vous le souhaite ainsi qu’ un prompt rétablissement. Gardez confiance. »

Myvonne - 06 mars 2022 - 9:14

« Chère Christine, nous prions souvent au couvent pour tous ceux qui ne peuvent assister physiquement à la messe mais qui s'y associent par la prière. Soyons tous en union de prière ! »

frère David Perrin - 06 mars 2022 - 10:33

« Jésus est vrai Dieu et vrai homme sans changement sans séparation sans confusion dit le Magistère : je ne comprend pas en quoi vous êtes pleinement fidèle...pouvez vous m'expliquer? »

Répondre

Stefan C - 06 mars 2022 - 6:16

« Cher Stephan, merci pour votre message. De même que le Christ a voulu connaître la soif et la fatigue, comme on le voit avec la Samaritaine, de même qu'il a pleuré sur la mort de son ami Lazare, de même qu'il a, sur la croix, crié vers son Père, en assumant le cri de toute l'humanité, il a fait l'expérience terrible de la solitude au désert, de la faim et de la soif. Jésus a épousé la condition humaine en toute chose, excepté le péché. Son âme humaine a tout connu de ce que vivent les hommes, tout en étant unie, constamment, et sans défaillance, à sa divinité. Cette coexistence en lui des souffrances et de la joie divine est un très grand mystère. Celui-là qui souffre dans le désert et lève les mains au ciel en implorant son Père est bien le Fils de Dieu, éternellement uni au Père. Que l'Esprit Saint nous fasse entrer toujours plus dans le mystère du Verbe incarné. Je vous laisse car la cloche de la messe vient de sonner. Que le Seigneur vous bénisse. »

frère David Perrin - 06 mars 2022 - 10:45

-0:00