Dans l'Esprit, Jésus fut conduit à travers le désert.

Évangile selon saint Luc, chapitre 4, verset 1

Les hommes se lancent parfois des défis fous. Il y a cinquante ans tout pile, quelques-uns traversaient l’espace pour atteindre la lune. Vraiment, il fallait y croire et oser.
Alors en ce mercredi des Cendres, je vous propose de revivre l'expérience et d’embarquer pour un désert... en plein ciel. Rassurez-vous, la tablette entre vos mains est bien plus performante que l’ordinateur d’une fusée de l’époque. Aussi n’est-il pas nécessaire de nous barder d’autres appareils ultrasophistiqués.
Au contraire, ce voyage a pour objectif de nous déconnecter de nos habitudes encombrantes pour nous reconnecter à nos frères et sœurs. Effectuons les dernières mises à jour et comptons sur un puissant propulseur, l’Esprit saint, pour nous conduire à ce désert.
À quoi bon partir pour un désert ? À nos astronautes, comme il dut paraître et vaste et beau et silencieux ce désert, après l’étroitesse et les secousses de la fusée. Face à l'étendue lunaire, toute la technique s’est envolée.

Dans nos vies, nous traversons bien des déserts stériles : l’isolement, l’incompréhension, le surmenage aussi… de mornes plaines terrestres aux horizons de sable et de cendre.
Un carême c’est autre chose, un désert en plein ciel. Le Père nous y appelle, car il en sait l’horizon ouvert. Et ça change tout. 
Car pour être franc, Dieu nous entraîne, et bien plus haut, et bien plus loin que la lune. Il fera refleurir nos déserts. Il en fallait des êtres raisonnables, bien déraisonnables, pour filer vers les étoiles.
C’est ça avoir la foi : un projet fou, comme partir en plein ciel. Mais pour se lancer, rassurez-vous, pas besoin de décrocher la lune, un premier pas suffit.
Alors que chaque jour de notre carême soit un petit pas pour l’homme et un grand pas en Dieu.

Un petit pas pour l’homme…