Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous.

Évangile selon saint Jean, ch. 1, v. 14

J’ai eu, par chance, quand je suis arrivée dans la Vallée, le choix d’aller travailler en usine comme les prêtres ouvriers. Nous étions 4000 personnes dans ces 7 ou 8 usines textiles. Quasi toutes les femmes travaillaient là. Je me suis mise à l’école de ce monde ouvrier dont j’ignorais un certain nombre de codes. J’y ai découvert de la bienveillance et cette solidarité propre à ces conditions de travail : les 3X8, 2X8 pour les femmes, le bruit, la poussière, mais aussi beaucoup de « cancans ». 

Je travaillais sur machine à côté de Béatrice, la fille d’un coursier. Elle avait le brevet des études, mais cela n’avait pas été écrit sur sa fiche d’embauche. En revanche, sa copine Nathalie, qui, elle, n’avait pas réussi cet examen, mais dont le père était technicien régleur, a été orientée dès son entrée à l’usine vers « les bureaux ». J’entrevoyais l’injustice : être ou ne pas être bien vue.
Quelque temps plus tard, le chef a voulu me donner une chance de monter moi aussi dans la hiérarchie. J’ai refusé une fois, deux fois ce poste qui allait m’extraire de l’atelier. L’incompréhension était totale. Mon chef m’a traitée de « possédée du démon ». J’ai refusé de lui serrer la main au terme de l’entretien. J’étais devenue ouvrière.

Aujourd’hui, je me sens vraiment de ce peuple qui m’a accueillie « comme j’étais ». À l’époque, je n’ai pas fait le lien avec la colère de Jésus, mais plutôt avec le concret de l’Incarnation : apprendre à être d’un peuple. Dieu nous a donné son fils vrai homme. À moi, à nous, de suivre ce chemin, son chemin, le chemin de Jésus envoyé par le Père.


CARÊME DANS MA VIE 😇
Chaque jour, un geste, un témoignage pour vous aider à vivre le carême

J’aime beaucoup lire mais je prends trop peu le temps de le faire. Alors pendant le carême, pause lecture obligatoire. Je prends un roman dans lequel j’ai toujours voulu me plonger : un chef-d’œuvre qui va m’ouvrir un monde inconnu, m’émerveiller, me faire entrer dans la complexité des sentiments humains et donc faire grandir mon âme. Mon préféré ? Les mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.
Frère Nicolas, prédicateur, dominicain de Lille

À votre tour, témoignez d'un geste que vous faites pendant le carême en cliquant ici
Écouter la méditation

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches

Asset 1 Partager

Autres méditations

Découvrez la Parole de Dieu proche de vous, grâce à un frère ou une sœur dominicains

Voir toutes les méditations

À vous la parole

57 commentaires

Rédiger un commentaire

« Un sort d'amour de retrouvailles qui nous a réunis à nouveau. Peu de temps après que le prêtre ADU ait lancé son sort d'amour, mon partenaire a recommencé à m'envoyer des SMS et s'est senti hor... »

Lire la suite

caro - 26 avril 2022 - 13:25

« Un sort d'amour de retrouvailles qui nous a réunis à nouveau. Peu de temps après que le prêtre ADU ait lancé son sort d'amour, mon partenaire a recommencé à m'envoyer des SMS et s'est senti hor... »

Lire la suite

caro - 26 avril 2022 - 13:25

« Merci pour ce témoignage de vie. Chaque Chrétien est appelé à s'engager là où son cœur l'appel. Merci aussi à ceux qui œuvrent et se battent pour la dignité de l'homme à tous les niveaux. »

Lire la suite

Agnès Corion - 16 mars 2021 - 9:19

« Soeur Catherine Thierry nous enseigne par cette méditation l'importance de l'humilité. Jésus fait homme est venu pour servir et non être servi. Reconnaître avec bienveillance le bien qui nous a �... »

Lire la suite

Denis 972 - 11 mars 2021 - 21:42

« Merci pour votre témoignage qui me donne des forces pour continuer à travailler pour ceux qu'ont besoin
»

Lire la suite

gra - 10 mars 2021 - 22:45

« Nostalgie, nostalgie ?!
»

Lire la suite

Rémy - 10 mars 2021 - 22:38

Cette retraite de carême est possible grâce à votre don. Merci pour votre soutien !

-0:00