Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi.

Livre des Psaumes, Ps 22, v. 4

Nous sommes en Éthiopie avec un groupe d’étude quand le guide nous annonce l’imminence de la fermeture de l’aéroport pour cause de COVID-19. Partis depuis des semaines, nous ignorons totalement la pandémie qui galope en Europe. La fragilité de notre humanité nous réveille brutalement.

Notre avion atterrit parmi les derniers. L’aéroport est presque vide et n’est plus qu’un labyrinthe de couloirs inutiles. Nous avons quitté le berceau des premiers hommes pour découvrir le programme proposé par l’homme moderne : télévision, commerce électronique, masques, gestes barrières et solitude… Une relation humaine réinventée, innovante pour certains, une humanité dépouillée de sa vocation d’aimer ; un cauchemar pour moi. 

Quelques heures d’avion ont suffi pour franchir les 25 000 années de l’histoire de l’humanité. Du premier caillou taillé jusqu’à un présent inattendu, celui de l’effondrement de la relation sociale. Pourtant, il s’en est passé des aventures depuis l’apparition d’Homo sapiens ; des sommets d’intelligence, des abîmes regrettables, mais surtout, la naissance de l’amour sans calcul.  

Le paradoxe m’apparaît : l’humanité, pour se protéger, n’a rien trouvé de mieux que de se détruire elle-même. Un refus d’être vivants, d’être aimants et d’être aimés ; une peine contre nature ajoutée à la maladie. 

Le bec cloué derrière le masque, les mains contre le corps, le regard méfiant, la société nous isole. Mais sommes-nous vraiment seuls ?

Je l’ai vu. Il se moque des règles, sourit aux anges et n’attend que nos bras. Anatole est né il y a 15 jours à peine. Mon premier petit-fils. Le mystère de la vie se renouvelle devant moi comme jadis en Éthiopie. En ce présent désolé, l’émerveillement resurgit, l’annonce heureuse se manifeste. Dieu est bien là, fidèle. Il partage avec nous cet instant de joie, d’étonnement et d’épanouissement. Par la vie donnée, sa parole nous atteint et nous donne la force de sourire dans l’attente du retour des étreintes fraternelles. Comme le pape le déclarait : « Soyez des messagers de la vie en temps de mort. » Il n’y a pas de doute, Anatole a déjà tout compris !

CARÊME DANS MA VIE 😇
Chaque jour, un geste, un témoignage pour vous aider à vivre le carême

Chaque année je ne bois pas pendant 40 jours. Pourquoi donc se priver ? Je ne jeûne pas pour un échange avec le ciel, je ne troque pas une souffrance contre un bienfait. Je crois que je le fais pour faire preuve de volonté. En elle réside mon espace de liberté. Sans volonté, nous dérivons dans des désirs sans fin. En ce sens, l’exercice du carême me libère. Il me fait retrouver ce que je suis vraiment. Et c’est peut-être là qu'il prend son sens chrétien, là où Dieu se réjouit de nous.
Christophe, prédicateur Carême dans la ville



À votre tour, témoignez d'un geste que vous faites pendant le carême en cliquant ici
Écouter la méditation

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches

Asset 1 Partager

Saint Dominique, homme de dialogue

A l'occasion du jubilé des 800 ans de la mort de Saint Dominique, chaque samedi, retrouvez une vidéo sur le fondateur des Dominicains. Voici la vidéo de samedi dernier :

Dominique voyageait à travers la France pour rejoindre l'Europe du Nord. Un soir à Toulouse il s'arrête pour dormir. Une discussion s'engage avec l'aubergiste qui dura toute la nuit. Au petit matin, l'aubergiste se convertit. Dominique aussi se convertit : désormais, l'homme de Dieu sait que le retournement du cœur vient d'un dialogue, d'une relation avec un autre. Une découverte toujours d'actualité.

Dans la première partie de la vidéo, le frère Jean-Pierre Brice Olivier nous fait participer au dialogue de saint Dominique avec son époque.

Dans la deuxième partie de la vidéo, le diacre Bruno Lecluse raconte son expérience d'animateur de parcours Alpha. Une œuvre missionnaire fondée sur les piliers de l'accueil, de l'écoute et du dialogue. 

Bon visionnage et bon partage.

Autres méditations

Découvrez la Parole de Dieu proche de vous, grâce à un frère ou une sœur dominicains

Voir toutes les méditations

À vous la parole

35 commentaires

Rédiger un commentaire

« Merci Christophe pour votre méditation, et je souhaite la bienvenue à Anatole,
"Malheureusement", il y a cette pandémie qui gâche tout de même en partie la joie. Avec tous ces gestes barrières, ... »

Lire la suite

monette - 22 mars 2021 - 15:08

« Merci pour ce message qui vient m'éclairer . Il est comme un arc en ciel, dans mes peurs.
Oui, car je ne voyais plus l'annonce d'une naissance comme une joie, mais plutôt une peur pour l'enfant à v... »

Lire la suite

celine - 22 mars 2021 - 11:22

« J'ajoute que j'ai été très choquée quand des personnes ont manifesté pour avoir LEUR messe et LEUR Eucharistie au moment où la pandémie était au plus haut niveau de malades, d'hôpitaux bondé... »

Lire la suite

Marie-Jo - 21 mars 2021 - 23:08

« Christophe a r'il dit qu'il ne fallait pas respecter les gestes barrières ? Je n'ai sans doute pas la même lecture que Godelieve et d'autres. Aujourd'hui c'était la journée du CCFD., 5ème dimanch... »

Lire la suite

Marie-Jo - 21 mars 2021 - 23:03

« Merci à Françoise Hubert et à Godelieve qui nous invitent à mettre les nuances nécessaires au message de Christophe. Un amour profond se dit souvent à travers l'acceptation des gestes barrières... »

Lire la suite

Madeleine - 21 mars 2021 - 22:31

« Entre autre j'ai retenu cette phrase, et je la partage avec vous : "l’humanité, pour se protéger, n’a rien trouvé de mieux que de se détruire elle-même. Un refus d’être vivants, d’être ... »

Lire la suite

claudemarie - 21 mars 2021 - 21:41

Votre soutien nous est indispensable pour poursuivre notre mission. Votre don est un geste missionnaire

-0:00