Retour

À vous la parole (33 commentaires)

« Il y a certes des patrons comme cela, de même qu'il y a des employés tire au flanc.
Il y a aussi beaucoup de patrons petits ou grands qui se battent chaque jour pas que pour gagner de l'argent, spécialement en ces temps de globalisation des échanges (c'est ce qui permets à chacun d'acheter très peu cher tous nos besoins), afin que leur entreprise reste rentable ce qui est la condition de la pérennité de l'activité et donc des emplois. Je connais plein des patrons qui se préoccupent jour et nuit de cela, de la pérennité des emplois que leur entreprise propose, conscient que chacun a besoin d'un travail.
Pour ma part, depuis le Covid, je mets chaque mois de ma poche pour que mon entreprise fermée administrativement par la pandemie, ne ferme pas. Deux de mes employés me disaient au départ : "Ce n'est pas grave, on sera payés" et sont parti 3 mois en vacances Au retour voyant les choses perdurer, ils se sont inquiétés. Je leur ai dit que j'étais toujours au poste, que j'avais assumé, et que leur place était toujours là... Et depuis leur regard a changé.
Quant aux patrons qui traitent leur employés en bétail, personnellement je n'en connais pas. Je connais des patrons en situation de très forte concurrence avec l'Asie, Chine ne particulier (je connais pour y avoir travaillé depuis 30ans). Je peux vous assurer que là-bas le salarié est du bétail, variable d'ajustement, c'est le Far-West, mille fois rien à voir avec ici. Et ne l'oublions pas : grâce à eux les prix sont bas ici ... »

Répondre

jean - 19 mars 2021 - 15:18

« Merci à sœur Catherine pour les méditations qu’elle nous partage, elles sont des reflets de vie et sont lumière pour nous dans notre quotidien.
»

Répondre

Petitjean - 10 mars 2021 - 14:22

« Merci pour ces méditations qui nous permettent de grandir dans la Foi
Je suis une fidèle de Retraite dans la Ville.
Mon commentaire tient sur la forme et non le fond.
Je suis plus que contrariée de voir certaines méditations écrites en écriture inclusive : ouvrièrs-ères.
L'académie Française s'est opposée à l'écriture inclusive. Respectons la langue française. »

Répondre

Nathalie - 10 mars 2021 - 11:44

« Ah bon, je ne savais pas, j'essaye de respecter la langue française le plus possible, mais comme ce n'est pas ma langue maternelle, je n'étais pas au courant, désolée, kat »

Kat - 10 mars 2021 - 15:22

« Merci sœur Catherine pour votre méditation/témoignage qui me rappelle mes jeunes années à la JOCF, nous luttions pour des meilleures conditions sanitaires et salariales dans les usines textiles de la région de Verviers, où la plupart des jeunes de mon village travaillait... Ce souci des plus petits m'est resté même quand je suis arrivé dans un tout autre milieu, car des "petits" il y en a partout... Aujourd'hui, tout en soutenant toutes les actions qui se font pour plus de dignité de l'être humain, je suis très sensible aux "petits" au sein de ma famille, et il y en a,.le petit fils qui vit en dehors de la société, la petite fille qui est en décrochage scolaire, Sélia et Evo avec leur handicap, etc.etc. je peux vous assurer que les mettre "debout" n'est pas évident car les "il n'a qu'à, elle devrait, il aurait dû", dans une famille de 14 petits enfants, ça fuse de toute part, et faire comprendre que chaque cousin(e), est un être humain à part entière et aussi valable qu'eux, n'est pas toujours facile, kat »

Répondre

Kat - 09 mars 2021 - 22:43

« Ah l'argent, trop d'argent, et en vouloir toujours plus!!! l'argent fait tourner les têtes et il nous fait passer à côté de la vraie vie. Et si, tout d'un coup, par je ne sais quel moyen, l'argent venait à disparaître.... plus d'argent sur la planète...Que se passerait-il? »

Répondre

claudemarie - 09 mars 2021 - 21:48

« Oui, spéculer sur la misère d’autrui, c’est devenu monnaie courante, de nos jours.
Je l’ai vécu moi aussi, cette délocalisation-fermeture de notre petite société nordiste dans le secteur du textile.
Deux années de choc culturel (le nouveau groupe était japonais) et la fermeture avec ces femmes qui pleuraient.
Ah, j’aurais bien aimé vous aider !
Derrière chaque page de cette petite convention collective du textile, on ressentait les acquis de longues années de lutte sociale.
Sans être jamais syndiqué, j’ai toujours été du côté des ouvriers, et on me l’a toujours reproché, cette « déviance » humaniste de la part d’un « numéro » 2.
Eh oui, l’argent dépersonnalise, on est censé devenir des numéros ou des initiales, interchangeables à volonté.
Et ce « sourire aux lèvres » narquois, que je le connais ! Toujours le même.
Mais ce n’est pas le sourire de l’homme en question, c’est celui de ce qui l’habite.
Donc j’ai prié pour ces dirigeants, eux aussi.
A la fin de l’Imitation de Jésus-Christ, il est écrit :
« Il est très profitable à un serviteur de Dieu de subir de telles épreuves car le diable ne s’attaque qu’aux amis de Dieu, étant sûr de posséder les autres ».
Votre description me fait penser au village textile endormi de Beauval, entre Amiens et Doullens, dans les années 70-80.
Mais après la rude montée de la côte, on voit un autre horizon, élargi, où tout redevient possible.
»

Répondre

Vincent59 - 09 mars 2021 - 21:24

« Merci pour votre témoignage et votre engagement sœur Catherine Thierry.
Nous avons tellement à faire pour un monde meilleur. La tâche est lourde mais avec Jésus nous ne sommes pas seuls.
J'ai fait partie de ces DG d'une multinationale. Celle-ci nous demandait des chiffres pour atteindre des objectifs qui bien entendu avaient pour finalité, faire gagner plus d'argent aux actionnaires. À côté de cela cette multinationale permettait à beaucoup de gagner leur vie. J'ai accepté la responsabilité de l'entreprise dans ma localité, sachant que je pouvais adoucir les conditions de vie des travailleurs. J'ai travaillé plus dur que n'importe lequel afin d'obtenir beaucoup de souplesse vis à vis de la "Maison Mère" qui voyant les bénéfices arriver, l'absence de grève, me laissait gérer un budget dit de "bienfaisance et autres" (crèches, prise en charge médicale de la famille, 13ème mois, stage de perfectionnement ou de reconversion, bourses pour les enfants, primes diverses,..). En Afrique Centrale c'était révolutionnaire voire subversif. Aujourd'hui j'ai 60 ans, je reviens de temps en temps dans ce pays où je suis arrivée à 22 ans ; il se trouve toujours un ancien employé, sa femme, un enfant, qui me reconnaît et me remercie pour ce que je leur ai apporté. Cela m'émeut et je me dis que mes efforts n'ont pas été vains. Je sais que le Seigneur était avec moi pour me guider et je rends grâce. Tous nous pouvons faire bouger les choses à notre niveau si infime soit-il.
En union de prière. »

Répondre

Marilou - 09 mars 2021 - 21:23

« Bonsoir JC J'ai lu avec intérêt votre message. Je souhaiterais apporter une nuance à votre propos "il y a un mur entre patronat et monde ouvrier - une incompréhension à tous les niveaux". Comme vous le savez, ces 2 faces du monde du travail se retrouvent lors de commissions paritaires ; lors de l'établissement de conventions collectives par ex. où sont pris en compte les différents paramètres d'une profession. Les incompréhensions peuvent disparaître lors de ces échanges ce qui n'empêche pas aux 2 parties de rester parfois sur leurs positions. La décision sera prise en fonction de l'intérêt de l'entreprise, en prenant soin néanmoins des intérêts particuliers. (je m'exprime dans le cadre général sans entrer dans des calculs de fonds d'investissement par ex.). J'ai travaillé pendant de nombreuses années dans une très grande entreprise, disparue aujourd'hui pour différentes raisons dont une mauvaise gestion sans doute comme vous l'évoquez et surtout le remaniement sur le marché international de la fabrication de certains produits. Le monde de l'entreprise, comme d'autres domaines, peut permettre à l'individu de découvrir ses "talents" et de les développer. Rien n'est tout noir ou tout blanc comme vous l'écrivez; A nous d'y apporter un peu de couleur ? Bonne soiré à vous et à tous/toutes »

Répondre

mahona - 09 mars 2021 - 20:22

« Bonsoir Mahona , J'apprécie toujours ce que vous dites.. Vous connaissez votre sujet, .....mais connaissant peu le monde de l'Entreprise , il m'est difficile d'en débattre .....Je crois qu'avec des gens de bonne volonté , on peut parfaitement se comprendre. Mon mari était ingénieur dans le groupe Sagem ...Jamais, il n'y a eu de problèmes ....Par contre, un de mes fils, s'est heurté parfois, à la mauvaise foi de certains. Il était ingénieur et sa jeunesse n'était pas du goût de tous. ....( Notre fils est décédé).
Bonne soirée et Bonne nuit Mahona.
J.C



»

J.C - 09 mars 2021 - 21:27

« Ca sent bon le muguet et la barricade !
Après tout, les boomeers et les mélanchonistes ont droit de cité.
Pourquoi se priver d'un peu de nostalgie! »

Répondre

Rémy - 09 mars 2021 - 19:19

« « nous ne devons pas servir l'argent mais essayer de nous en servir pour servir les plus faibles , les plus exposés, les plus fragiles »
J’aurais tant à dire par rapport à cela, par rapport aux plus faibles, aux plus fragiles, aux plus exposées, mais aussi par rapport à ceux qui semblent les plus forts, les moins fragiles et les moins exposés. Ou plutôt je n’ai rien à dire parce que seul Dieu les connaît tous ceux-là.
De belles rencontres j’en fait tous les jours au quotidien, ce sont juste des rencontres, pas besoin d’y mettre un super adjectif comme un piédestal. Et même le jour ou en vélo je me fais enfumer par une voiture et je râle et quelqu’un sort la tête de la voiture pour râler à son tour. Ça aussi c’est une « belle » rencontre.
Faites-vous des amis avec l’argent trompeur...
Bonjour à tous ceux qui font ce qu’ils peuvent ou ce qu’ils veulent, avec ce qu’ils sont et ce qu’ils ont, même quand ils ne sont pas des super héros du quotidiens, des super belles personnes, qu’ils soient crédités de méchants ou de gentils..
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Chèvre un jour, brebis toujours. »

Répondre

Patrick - 09 mars 2021 - 18:26

« Comme le pape François nous le rappelle : « Comme je voudrais une Église pauvre, pour les pauvres. »... douce utopie que je voudrais tant voir se réaliser!
Trop souvent les diocèses sont à l'égal des administrations impersonnelles: de la paperasse, des lancements d'actions coûteuses, alors que les paroisses se meurent faute de soutien spirituel, de la connaissance "vraie" de ce que vivent ceux qui essayent malgré tout! »

Répondre

Binome - 09 mars 2021 - 18:13

« Merci , soeur Catherine-Thierry de votre témoignage, de nous parler d’hommes qui considèrent l’autre en face de lui comme rien,
J’en connais qui réagissent ainsi parce que excédés, par les revendications qui parviennent à leur poste de responsabilité. Excédés parce que tous ont droit à la parole dans certaines institutions et rien n’est plus lourd à porter.
Mais j’avais envie de vous parler du Congo, à l’époque appelé Zaïre, de ce que j’ai vu en 1974
Une mine d’étain dans le Maniéma : elle avait été un modèle de développement : certes le minerai enrichissait la société minière qui l’exploitait, avant l’indépendance (1960 ) seulement elle réinvestissait sur place : un complexe scolaire fondé par les pères blancs destiné à toute la province -un barrage ,conduite forcée et petite centrale hydro-électrique avait été construite ,un peu plus bas ,avaient été creusés des étangs peuplés de tilapias, un peu plus loin des rizeraies produisaient plus de riz qu’il n’en fallait pour nourrir la population venue de tous les coins du Congo, chaque famille entretenait poules et potager- à l'hôpital les médecins le personnel hospitalier travaillaient au bien général : la mort des jeunes femmes en couche était devenue rare, (toutes devaient accoucher à l’hôpital)- les sorciers empoisonneurs d’enfants étaient contrés par un contre-poison venu d’Amérique du Sud,
Baden-Powell était passé par là
Hélas nous avons vu l’effondrement du droit et de la justice par des prédateurs sans scrupules »

Répondre

Godelieve - 09 mars 2021 - 17:19

« Bonjour soeur Catherine, merci pour votre méditation et pour votre vigoureux engagement, nous avons décidément bien des choses en commun.
J'ai connu le monde du travail en Algérie, avant l'indépendance; je peux vous dire que là aussi les pauvres étaient exploités. Les quelques grosses fortunes se gavaient du sang des petits. J'appartenais à la JOC, à l'époque et avec ma meilleure amie, Cricri, nous n'étions pas les dernières à dénoncer ces injustices. Mais comme vous, c'était le pot de terre contre le pot de fer J'ai travaillé comme saisonnière l'hivers dans une charcuterie en gros dans des conditions insupportables, des chambres froides aux étuves chaudes et sans traîner ! l'été, c'était à la coopérative cotonnière. Il fallait carder le coton en pleine chaleur, respirer la poussière et là aussi, fallait faire fissa !
Nous n'avons pas refait le monde, mais nous avons crû à un monde plus juste , plus fraternel. et comme disait l'abbé Pierre : souviens-toi d'aimer !

Bonne fin d'après midi à tous, toutes ! »

Répondre

Marie Jeanne - 09 mars 2021 - 16:35

« Coucou J. C,
Je t'ai laissé un message sous le tiens ! Bonne soirée, MJ »

Marie Jeanne - 09 mars 2021 - 17:44

« Chère Marie-Jeanne,
Comme le monde est petit....et nos souvenirs se rejoignent. Quand nous sommes arrivés à Alger, avec mes parents, j'étais alors une toute jeune "ado"....J'y ai terminé mes études ... et puis, j'ai rencontré mon époux. Nous nous sommes mariés à la Cathédrale d'Alger .......Au moment de la débâcle, nous sommes rentrés tristes et heureux , avec un colis de plus : notre bébé qui n'avait que 15 jours.
Oui, départ difficile et trop rapide.....mais nous étions attendus en Bretagne, la région d'origine de notre famille.
Alger, cette ville magnifique était Joie et tourment au quotidien. ....Aujourd'hui, il ne reste que les bons moments.

Affectueusement vôtre

J.C



»

J.C - 09 mars 2021 - 20:49

« Grand merci, sœur Catherine, de nous dévoiler ainsi une grande partie de votre vie. J'en suis très touchée, vous avez l'expérience du monde du travail, un monde qui n'est pas très tendre. Vous avez eu à cœur de défendre les plus petits avec grand courage. J'aime les photos de votre époque, j'ai gardé celles de mes parents. Merci à vous.
Tous les patrons ne sont pas ainsi, Dieu merci, mais pour la majorité, c'est l'argent qui prime, et les employés sont des pions que l'on peut déplacer à volonté, moi-même avant ma retraite, j'aurais pu être mutée dans n'importe quelle région.
Hier au JT de 13h, il y avait un reportage sur une entreprise et le patron avait décidé d'offrir à chaque employé, un jour de congé le jour de leur anniversaire, plutôt motivant, n'est-ce pas ? C'est bien de finir sur une note optimiste.
Bonne journée à tous. »

Répondre

monette - 09 mars 2021 - 15:02

« Coucou ma chère monette !

Heureuse de te voir revenir sur le site ! c'est le printemps !

Bises MJ »

Marie Jeanne - 09 mars 2021 - 17:49

« Merci sr Catherine ,
Je me souviens de Jésus , quand cette femme avait acheté du parfum très cher! pour oindre les pieds du Christ.
E les apôtres , faisant de la comptabilité ; alors Jésus répondit:
Les pauvres vous les aurez toujours , mais pas moi .
Dieu quel message bouleversant . Oui on se rappelle aussi Jésus au temple
disant Le Seigneur m'a envoyé annoncer La Bonne nouvelle , aux captif la libération , et aux aveugle le retour de la vue.
De quoi mettre en place un commerce équitable , laissant à César le matériel et aux hommes fait à la ressemblance de Dieu et non des sous , non pas un jugement , puisque Zachée à inviter Jésus et il s'est converti , donc ce qui est impossible aux hommes , l'est pour Dieu.
L'argent donne du pouvoir , de la puissance , mais si celui-ci devient idolâtre
on le voit c'est tjrs actuel , le culte qui divinise l'homme qui se prends pour Dieu , mais qui ne le connaît pas . Sauf si c'est le cas , alors il y a un équilibre ;des valeurs qui ne hurle pas et ne casse pas le roseau .
Ne dit-on pas que l'argent n'achète pas le bonheur ? Mais il contribue alors à aider , Jésus était charpentier , cela veut dire qu'il travaillait ? Ainsi la dignité de tout un chacun , est sociale dépend aussi de nous , pour les autres . Le fils de ce monde sont plus habile entre eux , que les fils de la Lumière , , j'irais plus loin pour toute la création de Dieu , un véritable Royaume pour tous = Le combat du bien et du mal .
Es: 57, 1 psaume 37, 25 . »

Répondre

fred - 09 mars 2021 - 13:35

« Ainsi ma soeur , vous êtes de ceux qui font partie des béatitudes .
Ce matin je pensais à la pentecôte , qui fait parler à tous un même
langage . IL y a donc un Traducteur pour tous . Mais c'est dans les actes
des apôtres ...d'un verset à un autre , une vie ne suffit pas pour raconter
les oeuvres de Dieu.
Pensées pour Claire , à Notre Dame de Lourdes .
Offrons au Seigneur , notre pauvreté. »

fred - 09 mars 2021 - 14:39

« à Paul ,Fred Le grec,Mahona Isabelle et les autres
Il est vrai qu'il n'y a pas que de mauvais riche et de bons pauvres.......mais l'expérience d'être méprisée nous donne parfois la dent dure et qu j'ai bien aimée la façon de dire " nous ne devons pas servir l'argent mais essayer de nous en servir pour servir les plus faibles , les plus exposés, les plus fragiles
Pour vous tranquiliser étant désignée comme "conseillère du salarié", je suis appelée à accompagner des salariés convoqués pour des entretiens préalable à un licenciement C'est une belle aventure à chaque fois parce qu'on touche du doigt des situations économiques peu banales et il arrive qu'il y aie des accords qui prennent forme..........Ce sont toujours de belles rencontres avec les uns et les autres qui nous appellent à réfléchir et à partager de mille et une manières
C'est la grâce que je vous souhaite
Fraternellement
Catherine »

Sœur Catherine Thierry - 09 mars 2021 - 14:50

« Parole forte, juste et de solidarités avec les ouvrières et les pauvres, émouvant à Limoges des femmes comme Fabienne et des prêtre que André chavaneau de la mission de France ont converti par ce type de témoignage
Dieu étant AMOUR le premier et source de tout commandement c'est d'aimer Dieu en premier ,et pour le prouver dans ce monde, aimer tout les homme comme nous même, et mieux, comme Jésus à aimer._ »

Répondre

paul de Limoges - 09 mars 2021 - 9:52

« Sœur Catherine Thierry votre "Méditation" et témoignage poignant de votre implication en tant que religieuse syndicaliste au service des plus démunis est hautement estimable.
Vous relatez une expérience malheureuse avec "un méchant patron" qui semble t' il ne sert et ne vit que pour l'argent. C'est vrai il yen a, même trop. Triste exemple de la réalité certes, mais un peu caricaturale et qui tourne souvent en boucle, tant ce type d'exemple est relaté. Le monde est un peu plus compliqué.
Il y aussi de gentil "méchant patron" qui veulent développer avec et pour leurs collaborateurs leur entreprise dans un objectif de bien vivre ensemble (si ça existe!) ; des patrons qui tous les jours risquent de tout perdre de par leurs engagements (maisons, famille, amis) des patrons pour qui l'argent n'est pas une fin en soi.
Vous dites Le pape François nous le rappelle : « Comme je voudrais une Église pauvre, pour les pauvres. » Chiche!
Nous vivons tous dans un système et nous essayons de l'animer ou l'influencer à notre petit niveau, avec nos convictions...avec en ce qui me concerne une toute petite lumière qui brille et qui menace à tout moment de s'éteindre comme une foi vacillante.
Chère Sœur Catherine Thierry, je vous souhaite une belle journée.

Un gentil "méchant patron", grand pécheur devant l'éternel et qui essaie de faire ce qu'il peut. »

Répondre

le Grec - 09 mars 2021 - 9:43

« Je rejoins votre propos très "mesuré" et j'allais écrire regretter l'exemple choisi du "méchant patron" pour illustrer l'usage de l'argent. (comme vous l'écrivez, ils ne sont pas tous comme cela. Il y a actuellement des initiatives intéressantes et chaleureuses de "patrons" pour apporter leur contribution et adoucir certaines mesures restrictives prises par des municipalités). Pour illustrer le mauvais usage de l'argent on pourrait citer d'autres domaines comme la prostitution, la drogue, le travail des enfants, le business de la GPA et bien d'autres encore. Enfant, on m'a appris que l'argent est un moyen et non un but. Les paroles de Jésus disant qu'il ne faut pas se soucier plus que ne le font les oiseaux ou les fleurs des champs sont une belle métaphore. L'engagement des "prêtres ouvriers" à une certaine période a beaucoup fait parler. Avant eux, Pauline Jaricot, par exemple, a largement contribué à l'amélioration de la condition de certaines ouvrières. L'exploitation de l'homme par l'homme existe toujours et ne concerne pas seulement le monde occidental et chrétien/catholique. La question "où est Dieu ?" est toujours d'actualité malheureusement, ce Dieu qui a laissé son Fils aux mains de personnes cruelles : la Croix , scandale pour les uns, folie pour d'autres. Lutte sans fin entre le Bien et le Mal. »

mahona - 09 mars 2021 - 11:12

« Bonsoir à tous,
Je vous rejoins, Le Grec et Mahona : Vous avez raison tous les deux : Dans le monde du travail, rien n'est jamais noir ou blanc, d'un côté les exploiteurs et de l'autre les exploités ..... C'est un peu court ! ...... C'est vrai, il existe un mur entre le patronat et le monde ouvrier, une incompréhension à tous les niveaux! Un Patron demande beaucoup ( ce qui n'est pas toujours compris des ouvriers lésés, par des salaires médiocres . Hélas aussi, l'Entreprise n'est plus rentable, gérée par des gens sans scrupules. Elle doit fermer, laissant des hommes et des femmes dans un profond désarroi . Il faut bien trouver un responsable et le Patron est le premier désigné ! Mon époux a travaillé dans un grand groupe. Son patron, un homme intègre, stimulait ses troupes " Vous devez réussir, faire des efforts, encore et toujours, sinon la boîte coulera .... et nous avec"! .... Ce patron ne comptait pas ses heures, premier arrivé et l dernier parti..... Ceux, qui travaillaient avec lui, admiraient son ambition à mener à bien sa tâche. Il n'y avait pas de rivalité ouverte . Chacun travaillait dur pour un salaire juste, espérant (quand même) une augmentation, qui pouvait arriver tôt ou tard! ..... Ce Groupe existe toujours. Sa renommée n'est plus à faire . Patron, et personnel ont toujours travaillaient main dans la main, pour le bien de tous

Chère Sr Catherine, il est bon de s'indigner parfois ! Gardez cette force qui aide votre prochain et vos amis.

J.C »

J.C - 09 mars 2021 - 18:40

« Je crois que dans le système mondial actuel il est tout simplement impossible, même avec la meilleure volonté du monde, de se servir de l’argent sans servir l’argent, même sans le vouloir.
Et même des ONG bien pensantes se font prendre la main dans le sac à sacrifier des collaborateurs de travail sur l’autel de la rentabilité et de la recherche d’argent.
Ça fait quelques jours que les images sont en blanc et noir. Comme si tout était ou blanc ou noir, riche ou pauvre, bon ou méchant,...
Une Église pauvre pour les pauvres. Une Église qui accueille tout le monde, qui reconnaisse tout le monde comme un pauvre, des pauvres. Plus de saintes colères, justes des hommes et des femmes crucifiées et ressuscitées, pardonnées et pardonnant 70 fois 7 fois, se reprenant entre frères et sœurs sans faire claquer du fouet, mais prêts à se parler, s’écouter et poursuivre le chemin ensemble, quitte à se tromper ensemble.... oui, moi aussi j’en rêve. Sauf que c’est quand on se trompe ensemble qu’un pauvre arrive, qui ne peut contenir sa colère et voilà que tout est bouleversé, chamboulé. Jetons-le dehors, il n’est pas des nôtres. Et là il y a des pleurs, des gémissements, des grincements de dents, la révolte gronde...
un riche n’est qu’un pauvre qui s’ignore. Le riche du pauvre Lazare l’apprend semble-t-il trop tard et est condamné, mais par qui? Sa conscience? Sa ou une religion? Un Dieu? Des hommes?
L’argent le nerf de la guerre de notre époque actuelle ou seulement l’arbre qui cache la forêt. »

Répondre

Isabelle 2 - 09 mars 2021 - 9:10

« Bonjour Isabelle,
merci pour votre message. Les photos en noir & blanc viennent de l'album personnel de la sœur Catherine qui nous les a généreusement mises à disposition. C'est donc bien elle qui apparaît sur ces photos.
Bon carême. »

frère Benoît Ente - 09 mars 2021 - 10:30

« Merci du fond du coeur, Sœur Catherine Thierry, de nous donner votre témoignage de vie d'ouvrière OS "quand l'injustice met en colère l'Amour."
»

Répondre

Jacques - 09 mars 2021 - 9:03

« Merci petite Sœur de votre témoignage
Nous avons été accompagnés par dés prêtres-ouvriers pendant quelques années, puis la retraite nous a conduit dans une région riche grâce à notre mère la terre
Nous avons trouvé la pauvreté niée, cachée, inavouée jusque dans la paroisse
Je suis révoltée malgré mon grand âge de voir cela...Mais où est Jésus sinon dans tous ces frères et sœurs?
Seigneur aide nous à ne pas mettre un coffre-fort à la place de notre coeur


»

Répondre

Marie - 09 mars 2021 - 8:58

« Bonjour,
la situation du monde est catastrophique !
Comme beaucoup j'espère que demain sera meilleur, alors que chaque jour nous chutons un peu plus.
Faut-il se fermer les yeux, un oeil obstrué par la confiance et l'autre par l'espérance ?
Seigneur faut-il faire un fouet pour chasser et combattre Satan, ses belles promesses (pomme d'Adam et Eve), ses mensonges (arbre de la connaissance) ? (Le péché "originel" n'est-il pas en train, à nouveau, de se réaliser !)
Seigneur guides nous, guides moi.
Seigneur aie pitié de nous, aie pitié de moi.
Le joug est peut-être léger, mais comme la croix est lourde !
»

Répondre

Jean-Fabien - 09 mars 2021 - 8:13

« Loué sois jésus christ bonne journée à vous tous le christ est infaillible nous en chemin et il reste un temps fou pour commencer ce chemin chaque jour à refaire 🙋 »

Répondre

Patricia - 09 mars 2021 - 7:06

« Saint Jean Chrysostome
Le Seigneur venait de dire que celui dont l'âme est soumise à l'esprit peut facilement conserver tout son corps dans la pureté, tandis que cela est impossible à celui qui n'obéit pas à l'esprit, Il en donne maintenant la raison : « Personne ne peut servir deux maîtres. » »

Répondre

Partage - 09 mars 2021 - 6:53

-0:00